Nos sites web
Archives départementales - maine-et-loire.fr Aux sources de l'histoire de l'Anjou

Moulins et meuniers d'Anjou du Moyen Âge au XXe siècle

Exposition ouverte du lundi au vendredi 9 h à 18 h sauf jours fériés

Temps de lecture :  min.

    Les différents types de moulins en Anjou

    Massif et fragile à la fois, le moulin est un édifice imposant qui marque, distinctement ou plus discrètement, les paysages angevins. Le réseau hydrographique abondant et varié favorise d’abord l’énergie hydraulique. Au XIe siècle, 47 moulins à eau, répartis sur toute la province, sont répertoriés en Anjou.

    Détenus par les seigneurs nobles et religieux, seuls capables de construire ces édifices coûteux trois types de moulins à eau à roue verticale coexistent : le moulin de berge, le moulin-bateau et le moulin pendu.

    La difficulté d’établir des moulins à eau sur la Loire, fleuve irrégulier qui s’ensable rapidement, et les influences océaniques, avec le vent régulier qui remonte la vallée, conduisent ensuite les Angevins à installer des moulins à vent. À la fin du XIIIe siècle, apparaissent les premières mentions manuscrites de moulins à vent, mais c’est surtout à partir du XVIe siècle que le nombre de moulins s’accroît.

    La situation économique s’améliorant, la population des villes augmente et les besoins en farine s’accélèrent. La construction de moulins à vent permet alors de compléter la production et le rendement des moulins à eau. Chaque moulin comporte des mécanismes essentiels : le moteur, la transmission et l’instrument de travail que sont les meules. Celles-ci sont mises en mouvement par l’énergie mécanique fournie par le premier et relayée par la seconde.

    Barrant les rivières ou brassant l’air sur les hauteurs, les moulins sont, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’aube du XXe siècle, les moteurs essentiels des activités artisanales puis industrielles. Les moulins céréaliers sont majoritaires en Anjou, même si d’autres usages existent. Du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle, les moulins à vent se multiplient. À l’ouest, des Mauges au Segréen, les moulins-tours sont dominants alors qu’à l’est, dans le Saumurois, les moulins caviers sont les plus caractéristiques et les plus nombreux.

    Si le moulin turquois est techniquement dépassé, c’est dans la vallée de l’Authion que les moulins à chandelier sont présents. Les moulins à eau, quant à eux, se répartissent sur tout le territoire de l’Anjou.

    Les meuniers

    Aux commandes de cette machinerie complexe, le meunier est reconnu pour ses compétences spécifiques. Au centre du village, il est l’artisan incontournable de la transformation des céréales et ses échanges avec les paysans comme les notables sont quotidiens.

    La meunerie est aussi une histoire de famille et souvent de dynasties. Rares sont les meuniers au XVIIIe siècle qui connaissent des difficultés financières. Les méfaits de quelques-uns et l’aisance d’un bon nombre entretiennent l’image de fourberie attachée au métier de meunier.

    Au début du XIXe siècle, le Maine-et-Loire compte 1 788 moulins. Après un léger renouveau lié aux innovations technologiques, dont les ailes Berton, la meunerie à vent artisanale connaît un déclin inexorable. En 1937, seuls 190 moulins demeurent en activité céréalière : la production artisanale ne peut rivaliser avec la montée en puissance des minoteries aux nouvelles énergies plus performantes et de nombreux moulins sont abandonnés.
    En 1961, à l’initiative du service des Monuments historiques, les moulins de Maine-et-Loire sont recensés pour les protéger.

    Ce premier inventaire permet de sensibiliser les élus et les habitants à la valeur historique et touristique de ce patrimoine. Ce mouvement aboutit en 1975 à la création de l’Association des amis des moulins d’Anjou, dont les missions portent sur la sauvegarde, la remise en état de fonctionnement et l’étude historique de ces moulins.

    Carte interactive des moulins d'Anjou

    Découvrez la caret interactive des moulins d'Anjou.

    L’exposition près de chez vous ?

    L’exposition « Moulins et meuniers d’Anjou, du Moyen Âge au XXe siècle » est disponible en itinérance à partir d’octobre 2022. Elle sera accessible, en prêt, pour les établissements scolaires, groupes, associations, collectivités et autres structures qui en feront la demande.

    Pour en savoir plus, contactez les Archives départementales.

    PROGRAMME AUTOUR DE L’EXPOSITION

    Conférences

    Samedi 11 juin 2022, à 10h
    Meuniers et moulins en Haut-Anjou : une recherche généalogique et historique,
    par Guy RIPOCHE, en partenariat avec l’Association des amis des archives d’Anjou

    Mardi 13 septembre 2022, à 18h
    Entre restauration et sauvegarde, quels projets pour les moulins de Maine-et-Loire ?
    Table ronde en partenariat avec l’Association de sauvegarde des moulins d’Anjou et l’Unité départementales de l’Architecture et du patrimoine de Maine-et-Loire

    Ouverture exceptionnelle

    Dimanche 18 septembre 2022
    Journées européennes du patrimoine

    Offre famille

    Mardi 12 juillet 2022 et lundi 29 août 2022 à 14h
    Visite en famille de l'exposition
    Pendant que les enfants construisent un moulin, les adultes découvrent sous un angle ludique l’exposition. Tous se retrouvent ensuite pour un temps d’échange sur les moulins.
    Durée 1h30, suivie d’un goûter. Pour les enfants à partir de 7 ans. Sur réservation.

    Visites commentées

    Individuels
    Les mercredis à 15 h :
    18 mai, 1er juin, 15 juin, 29 juin, 13 et 27 juillet, 24 août, 7 et 21 septembre 2022.

    Groupes
    Du lundi au vendredi, gratuit sur réservation au 02 41 80 80 00.

    Toutes les manifestations se déroulent aux Archives départementales.
    Entrée libre dans la limite des places disponibles.
    Archives départementales de Maine-et-Loire

    Retour en haut de la page

    Nos sites web

    maine-et-loire.fr